Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
De India

De India

Menu
Le cinéma en Inde, reflet de la société?

Le cinéma en Inde, reflet de la société?

Je copie ici ce que j'avais déjà expliqué sur un forum il y a quelques mois...

Après un an passé en Inde, j'ai pu observer la société indienne et son rapport au cinéma. Comme vous le savez sûrement, les riches s'enrichissent et les pauvres s'apprauvissent.
En Inde, vous trouverez dans les grandes villes deux sortes de salles de cinéma; les multiplexes qui passent Don et compagnie,propres et brillants, ultra climatisés, pop corn à volonté(salés, beurk ) où les riches se retrouvent, déposés par leur chauffeur et qui ne cherchent qu'à étaler leur richesse. Les tickets coûtent 3/4 euros et l'entrée de ces multiplexes est étroitement surveillée par la police ou l'armée, détecteurs de métaux à l'appui. Pour la petite histoire, j'allais au cinéma dans ses endroits là, parce que plus "sécurisé" pour une européene.

Et puis de l'autre côté,il y a les cinémas de quartier négligés et bien souvent sales qui ne coûtent pas grand chose et qui passent des vieux films....au mieux avec un an de retard (sauf pour les gros succés, je n'ai pas trop compris l'organisation)
En Inde, la mixité sociale disparaît. La ghetoisation est un fait quotidien et cela va de pis en pis, à mon avis.

Il m'a semblé que la classe riche en Inde est complétement complexée par rapport au standart de vie occidental. Ils supportent de moins en moins la pauvreté, ne la voient plus et veulent recréer un mode de vie à l'occidental. Leurs demandes sont précises et ce sont eux qui dépensent leur argent le samedi et le dimanche dans les restaurants et cinémas. Pour les producteurs, le marché est même double, on pense même attirer en Inde les NRI en leur expliquant via ces films que oui, on peut vivre en Inde comme en occident.
Ce qui explique le nouveau format (des films bollywood, de plus en plus occidentalisé). Cela dit, même avec un train de vie occidental, les personnes que j'ai pu rencontrer sont néanmoins très fières de leur culture d'origine (surtout face à moi, forcément!!!). Je pense que vous trouverez toujours une petite note indienne et que ce n'est qu'une mauvaise période à passer, une période de transition, une sorte de crise d'adolescence de la société indienne. (du moins les riches).
A ce propos, Bheja Fry m'a complétement troublé...sans grands changements, ils ont réusssi à transposer une histoire typiquement parisienne à Mumbai. D'ailleurs le film a eu un succés fou.

Quant aux classes plus pauvres, elle voient les mêmes films (don etc) et s'évadent quand même pas ce biais là. Pour moi, les films positifs du moment, ce sont des films comme Dor.

Ceci concerne les classe aisées de l'Inde et le nord de l'Inde (Uttar Pradesh, Delhi et Rajasthan). Je ne m'avancerai pas pour le reste. En plus, ce ne sont que mes impressions et un mal -être que j'ai moi-même ressenti face aux personnes "complexées" par "l'occidental" que je fréquentais à cause de ma situation prof et géo.
Ces impressions sont plus ou moins confirmées par "l'évolution du cinéma hindi".
Je me souviens avoir porté un sari dans une soirée où les jeunes filles indiennes avaient privilégié le jean ou la robe décolletée. Elle m'ont regardé d'une façon que je ne saurais expliquer. Je crois que tout s'est retourné dans leur tête. Les indiens sont un peu schizophrènes (et aussi hypocrites selon les situations), ils n'arrêtent pas de faire le grand écart entre la culture indienne et la culture occidentale et ça se sent dans leurs films.