Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
De India

De India

Menu
Joyeuses Pâques...et...Joyeuse Holi!

Joyeuses Pâques...et...Joyeuse Holi!

C'est amusant...pour une fois, les deux fêtes tombent en même temps. A priori, c'est rare mais pas impossible étant donné que les dates des deux fêtes sont calculées en fonction d'une  pleine lune de printemps...
Pour Holi, il s'agit de la pleine lune du mois de
Phâlguna qui tombe en février- mars tandis que Pâques tombe le premier dimanche suivant la première pleine lune ecclésiastique de printemps. De plus, Pâques doit impérativement tomber entre le 22 mars et le 25 avril.
Bref, cette année, notre première lune ecclésiastique de printemps tombe au plus tôt tandis que cette même pleine lune tombe tard pour le mois de Phalguna...



Allez, un petit topo sur ces deux fêtes :)


Pâques

paques.jpg

Si la fête de Pâques a un sens religieux profond pour les religions chrétienne et juive, Pâques est aussi une fête païenne célébrant le printemps et le renouveau. La "fête du printemps" trouve son origine dans les traditions pré chrétiennes qui fêtaient le renouveau et la renaissance.

La légende la plus connue est bien entendu la légende de la Grèce ancienne selon laquelle le printemps était le retour sur terre de Perséphone, fille de la déesse de la terre. Selon la légende, Perséphone entrée aux enfers ne pouvait plus en repartir. Sa mère se désespérant décida de semer la désolation sur terre jusqu'au retour de sa fille. Finalement un accord fut trouvé entre le dieu des enfers et la déesse de la terre. Perséphone devrait partager son temps entre la surface de la terre et ses entrailles. Les mois d'hiver symbolisent la tristesse et la désolation de la terre devant cette absence et le printemps symbolise le retour de la fille aimée et donc de la vie sur terre. D'autres légendes antiques fonctionnent autour du même thème, l'équinoxe de printemps coïncidait avec le retour d'une divinité sur terre, ou avec le réveil d'une divinité.

Le nom anglo-saxon donné à cette fête est l'illustration des origines païennes de Pâques. En anglais Pâques se dit Easter qui est le nom d'une divinité saxonne associée au printemps.

PAQUES, FETE CHRETIENNE :

La fête chrétienne de Pâques est la célébration de la résurrection de Jésus-Christ. Durant les premiers temps de la chrétienté la Pâques chrétienne coïncidait avec la Pâque juive. A cette époque le calendrier utilisé pour fixer la date de Pâques était le calendrier juif ou babylonien : La résurrection de Jésus-Christ tombait le 14 ème jour du mois de Nissan en même temps que Pessah, la Pâque juive.

Des divergences entre les églises d'Orient et l'église romaine conduisirent au concile de Nicée en 325.
Alexandrie souhaitait maintenir la date du 14 Nissan comme jour de Pâques, tandis que Rome tenait à ce que Pâques tombe un dimanche, indépendamment du calendrier babylonien. Ce qui permettait en outre de clairement distinguer la Pâques chrétienne de Pessa'h (Pâque juive)

Constantin 1er convoqua le concile de Nicée en 325 où il fut décidé que tous les chrétiens fêteraient Pâques le premier dimanche après la pleine lune qui suit l'équinoxe de printemps. Pour éviter toute confusion avec la fête juive, Pâques devait être décalé d'une semaine les années où l'équinoxe correspondait à Pessa'h.

En pratique, les décalages du calendrier julien avec l'année solaire et lunaire ne permirent pas aux chrétiens de respecter les termes du concile. La date de Pâques variait selon les régions du monde.

A plusieurs reprise Rome tenta de réformer le mode de calcul de la date de Pâques, mais à chaque fois elle se heurta à la résistance de certaines églises, comme l'église d'Irlande.

Il fallut attendre la réforme du calendrier grégorien pour qu'une nouvelle règle commune soit adoptée vers 1582.

Le calcul de la date de Pâques reste un calcul complexe puisque Pâques tombe le premier dimanche suivant la première pleine lune ecclésiastique de printemps. De plus, Pâques doit impérativement tomber entre le 22 mars et le 25 avril.

La pleine lune ecclésiastique ne correspond pas nécessairement à la pleine lune astronomique.

LES OEUFS :

L'oeuf est un symbole universel de vie et de renaissance, il est notamment associé à de nombreux rituels.

La tradition d'offrir des oeufs natures, puis décorés, teints ou travaillés est bien antérieure au christianisme, c'est sans doute l'une des plus vielles traditions du monde. Cette tradition se retrouve dans de très nombreux pays.

Dans le Kalevala , livre sacré des anciens finlandais, c'est de l'oeuf que naquit le monde. La mère de l'eau, Iltamara, dormait au fond de l'océan sans rivage. Dans son sommeil elle remua et son genou sortit de l'eau tel une île. Alors le maître de l'air tomba des cieux vides et déposa un oeuf d'or sur ce genou divin. Mais à peine effleurée, comme une ensommeillée qu'un insecte agace, la déesse frémit et, frémissant, brise la coquille parfaite. Alors tous les morceaux se transforment en choses bonnes et utiles: le bas de la coque de l'oeuf forma le firmament sublime, le dessus de la partie jaune devint le soleil rayonnant, le dessus de la partie blanche fut au ciel la lune brillante, tout débris tâché de la coque fut une étoile au firmament, tout morceau foncé de la coque devint un nuage de l'air et désormais le temps avança.

Pour certains, la coutume des oeufs de Pâques se rattacherait au Carême. Dès le IVème siècle, l'usage des oeufs pendant la pénitence de quarante jours est interdit par l'Eglise. Une grande quantité d'oeufs se trouvant entassée dans les provisions des ménages, le moyen le plus expéditif de s'en débarrasser était de les donner aux enfants.

Dès le XIIème siècle, dans de nombreux pays européens, les gens du peuple avaient l'habitude de s'échanger des oeufs simplement bénis à l'église. Les nobles vont vite adopter cette coutume en la tranformant. Ils s'adressent à des peintres, des orfèvres et des graveurs pour se faire faire des oeufs-joyaux, c'est à dire décorés de peintures délicates, d'émaux ou de pierres précieuses. L'échange des oeufs de Pâques prend une autre dimension.

En ce qui concerne la surprise contenue dans l'oeuf, c'est une tradition qui remonte au XVIème siècle, et certaines sont même passées à l'histoire tant elles étaient exceptionnelles : c'est le cas de la statuette de Cupidon renfermée dans un énorme oeuf de Pâques offert par Louis XV à Madame du Barry, du brûle-parfum trouvé en 1770 par Catherine II ou encore de la minuscule poulette cachée dans un précieux oeuf conservé à Copenhague dans les collections royales du château de Rosemborg.

La coutume des oeufs de Pâques n'est certifiée qu'au cours du XVIème siècle à la cour des rois de France.

Louis XIV faisait bénir solennellement le jour de Pâques de grandes corbeilles d'oeufs dorés qu'il remettait lors d'une cérémonie à ses proches. Madame Victoire, fille du roi Louis XV, avait même reçu deux oeufs de Pâques peints par Lancret et Watteau.

Au XVIIème et XVIIIème siècles jusqu'à la révolution l'échange des oeufs était l'apanage de la cour et de la noblesse. L'oeuf le plus gros du royaume, pondu pendant la Semaine Sainte, revenait de droit au roi. Et c'est aussi au XVIIIe siècle, en France, qu'on décida de vider un oeuf frais et de le remplir de chocolat.

Au XIXème siècles la bourgeoisie s'empara à son tour de cette tradition. On peut distinguer les oeufs teints que l'on consomme, des oeufs décorés que l'on conserve et que l'on offre à sa famille, à ses amis en témoignage d'amour et d'amitié.

Les oeufs ne sont pas apportés dans tous les pays de la même manière : c'est soit par des cloches, des lapins, ou encore des poules.

LES CLOCHES :

La tradition la plus implantée en France veut que les cloches sonnent chaque jour de l'année pour inviter les fidèles à assister à la messe. Sauf au moment de Pâques, où elles sont silencieuses du Jeudi au Samedi saint. Elles en profitent pour partir à Rome se faire bénir et elles rapportent des oeufs de toutes sortes aux enfants sages ! En traversant la France elles perdent oeufs, poules, poussin et lapin en chocolats à la plus grande joie des enfants qui dès midi passé partent à la chasse aux oeufs !


Holi


(Waqt)


La Fête de Holi, appelée aussi la "fête des couleurs" est considérée comme la fête de la renaissance et la nouvelle fertilité de la terre. Elle correspond à l'équinoxe de printemps et est fêtée dans toute l'Inde durant deux jours au cours de la pleine lune, vers février-mars.

Différentes légendes sont à l'origine de cette fête.

Hiranyakashipu était un homme de pouvoir, si puissant qu'il se prit pour Dieu lui même et voulut qu'on l'adora. Il avait un fils Prahlâda, fidèle à Vishnu, qui refusa d'observer le culte imposé par son père. Furieux, le roi voulut mettre à mort l'enfant. Il ordonna que Prahlâda soit écrasé par un éléphant. Mais l'enfant s'en sortit indemne. Il fut jeté du haut d'une falaise, fut mordu par un serpent venimeux. Le poison se transforma en nectar. La soeur du roi, Holika, avait reçu le pouvoir de résister aux flammes. Il fut décidé qu'elle porterait son neveu au milieu du bûcher. Mais c'est Holika qui mourut, consumée par les flammes alors que  Prahlâda en réchappa. Protégé par sa foi en Vishnu, le garçon réchappait de toutes les atrocités imposées par son père.

 


Concrétement: la nuit du premier jour de la fête, un feu est allumé ou des images d'Holika sont brûlées, pour rappeler sa crémation. Le deuxième jour, connu sous le nom de Rangapanchami, les gens, habillés en blanc, circulent avec des pigments de couleur ou d'eau colorée qu'ils se jettent dessus!


Joyeuse Holi!
Joyeuses Pâques!