Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
De India

De India

Menu
L'éducation et le métier d'enseignant en Inde...(1)

L'éducation et le métier d'enseignant en Inde...(1)

C'est la rentrée, voici un article en plein dans l'actualité...matière à réflexion?

L'école primaire

DSC08300.JPG

Les élèves sont accueillis vers l'âge de 3 ans jusqu'à l'âge de 4 ans au LowerKindergarten (petite section-moyenne section) et continuent de 4 à 5 ans au UpperKindergarten (grande section). C'est évidemment l'équivalent de notre école maternelle et l'organisation des séances est basée sur le jeu avec un peu plus de théorie (il me semble mais là encore tout dépend des écoles) qu'en France. A noter tout de même que l'enfant est habitué au port de l'uniforme dès son premier jour de classe.Ces sections peuvent être part intégrales d'une école ou bien être gérées de façon tout à fait privée.(un peu comme si nos garderies gardaient les enfants jusqu'au CP). On trouve aussi des nursery pour les plus jeunes, notamment les moins de 3 ans.

A l'âge de 5 ans, l'enfant entre en Classe I, donc en "primary", il y reste jusqu'à l'âge de 11 ans environ, c'est-à-dire la classe 5.

Tous les matins (ou s'il y a trop d'effectifs et pas assez de place, il y a alternance), les enfants sont rangés dans la cour et chantent l'hymne national et selon les écoles, prières ou chansons à message fort. Quand c'est le cas, on chante même "happy birthday" en l'honneur de la personne concernée. Cela peut durer une demi-heure. 
Dans le India Today du 15 août 2007, des intellectuels se penchaient sur la question de l'unité de l'Inde. L'un deux expliquait que, outre un progrès économique plus ou moins "porteur d'espoir" et des pays voisins à problèmes, l'unité du pays est consolidée par une éducation dès le plus jeune âge basée plus sur un respect à la "mère-patrie" et moins à une  religion ou une caste en particulier. D'ailleurs, j'ai pu observer que les écoles catholiques jouissent d'un prestige important (et d'un niveau très fort) dans tout le pays. Si vous voyagez en Inde, vous rencontrerez, peut-être, un jeune ingénieur, récemment marié dans la tradition hindoue la plus formelle, et même pratiquant qui saura vous expliquer en détails noël et pâques tout simplement parce qu'il a étudié, enfant, dans une école catholique et qu'il as célébré ces deux fêtes régulièrement pendant toute sa scolarité. 

En Inde, on peut envoyer ses enfants dans des écoles publiques "public school", c'est-à-dire, des écoles gratuites et gérées par le gouvernement ou bien dans des écoles privées "private school" et payantes c'est-à-dire complétement autonomes. Les écoles privés sont toujours gages de qualité et les élèves sont sélectionnés même très jeunes. Il faut attendre la fin du lycée pour bénéficier d'un examen national ou d'Etat et donc d'une vérification officielle de niveau mais j'y reviendrai plus tard.

L'éducation primaire (et même secondaire) est basée sur la répétition (la plupart du temps en choeur). L'institutrice indique un élément important que les élèves répètent. Il faut aussi mettre l'accent (même dans les écoles privées) sur le manque de place; les enfants sont, dans les classes que j'ai pu observer, à 4 ou plus sur un banc et les cours sont beaucoup plus courts qu'en France (40 minutes maximum, selon études scientifiques relatives au temps de concentration maximal d'un enfant). A l'image du système anglo-saxon, les cours commencent à 8h-9h et finissent à 14h (ou à midi le samedi). Enfin, les fêtes d'écoles sont mises en valeur plusieurs fois dans l'année à l'occasion de l'independance day (15 août), du Republic day (26 janvier) et à la fin de l'année scolaire. A cette occasion, les enfants préparent chants, danses et sketches. (Ceux qui connaissent un peu le cinéma Bollywood comprendront à quel point les indiens sont sensibles à la musique et la danse).

(Suite: secondary school and Central Board of Secondary Education  importance)